Ceci est un article publié au sein dossier Multiplexes à Rennes-Métropole publié au sein journal Particule, #2.

Illustration affiche cinéma Arvor Rennes

Gros plan sur CAMERA : Entretien avec Dominique Boullier

CAMERA, le Collectif Anti-Multiplexe de Rennes Agglomération, est né au mois de Janvier dernier à l'initiative de Dominique Boullier, élu Vert au Conseil municipal, de Jacques Foulon de la CNL (Confédération Nationale du Logement) et d'Attac. Ce rassemblement de citoyens concernés s'est constitué en un groupe de travail pour proposer des solutions alternatives aux projets actuels de multiplexes.

Illustration affiche film Adieu Babylon à l'entrée du Cinéma l'Arvor

Particule : Sur quoi basez vous votre opposition à la mise en place d'un Multiplexe à Rennes ?

Dominique Boullier : Les arguments de CAMERA se situent à trois niveaux. D'une part d'un point de vue culturel, il est important de conserver la diversité culturelle qu'offrent les différents cinémas actuels et aussi de perpétuer la tradition rennaise du cinéma d'art et d'essai telle qu'elle est incarnée par le TNB et l'Arvor. Il s'agit aussi de préserver le cinéma français par rapport au cinéma américain.

Du point de vue de l'aménagement urbain, il s'agit de protester contre la création de ces « zones culturelles » qui s'agrègent aux zones industrielles et aux zones commerciales excentrées et qui ne sont en fin de compte pas du tout intégrées dans des lieux de vie. Tout cela participe d'une désertification du centre ville pour aboutir à un modèle de ville à l'américaine. De plus, c'est encore une incitation à utiliser la voiture de manière systématique.

Enfin concernant la dimension économique, il importe de lutter contre cette marchandisation de la culture. Il faut aussi refuser de se livrer à quelques grands groupes et leur dumping, groupes qui n'obéissent qu'à une logique de profit ( notamment avec l'instauration des cartes illimitées).

Que préconisez vous à l'inverse ?

Il est clair qu'il existe un besoin supplémentaire de salles de cinéma à Rennes, mais il n'y a pas de fatalité aux multiplexes périphériques.

D'un côté, en ce qui concerne Rennes même, on peut très bien renforcer les complexes du centre. Il faut faire aboutir le projet d'extension du Colombier. Mais on peut aussi récupérer un équipement déjà existant dans un quartier pour structurer la vie nocturne de celui-ci. Le cas du Triangle, dans le Blosne, pourrait être un exemple. Dans tous les cas, ces mini-multiplexes devront avoir des cahiers des charges très précis.

D'un autre côté, on peut aussi renforcer les salles dans les communes pôle d'appui. En augmentant le nombre de salles dans les bourgs mêmes de ces quelques communes (comme Vern, Bru, Pacé, Betton, Pacé) et non à leur périphérie, on augmenterait l'offre dans une logique de cohérence urbaine.

En fait il s'agit de valoriser ce qui existe déjà et surtout de mettre en avant les équipements à proximité des lignes de transport en commun.

Comment comptez vous appuyer vos revendications et les faire valoir par rapport à la société rennaise et à la mairie ?

Étant élu au conseil municipal, je continue à faire pression sur ces dossiers, à savoir celui de Melesse - La Mézières et celui de l'UGC de Chantepie. Nous prenons aussi contact avec les associations locales des quartiers pour créer une prise de conscience autour de ces thèmes, notamment avec la distribution de tracts.

Travelling sera aussi une bonne occasion pour porter le problème auprès du public cinéphile.

Enfin les élections municipales et cantonales à venir nous amènerons à envoyer des questionnaires à tous les candidats pour étudier leurs positions respectives sur ce thème.

Propos recueillis par Muriel Joly

particule/archives/2/gros_plan_sur_camera.txt · Dernière modification: 2019/01/07 11:13 (édition externe)
Recent changes RSS feed Driven by DokuWiki